A PROPOS

BIO

Compagnon-Charpentier, désormais photographe j'intègre le centre IRIS pour la photographie en 2012 afin de poursuivre un travail sur la relation et l'influence entre l'individu et sa surface, entamé depuis plusieurs années; J'effectue en parallèle des travaux de commandes pour les entreprises. Né en 1981, je vis et travaille à Paris.

PROXEMIE

Edward T. Hall démontre, à travers la notion de Proxémie qu'il existe autour de nous une surface, une zone émotionnellement forte ou notre périmètre de sécurité individuelle est intimement lié à l'environnement qui nous entoure

A travers mon Compagnonnage et mes études photographiques, je questionne la relation entre l'individu et sa surface, sa dernière zone de confort face à une frontalité inhérente à un environnement évolutif, en création et déconstruction constante.

INTIMITE

Cette série envisage les éléments architecturaux, tels des écrans derrière lesquels l’individu peut oublier périodiquement ses strates protectrices, en abandonnant ses préceptes;

Ainsi se confrontent deux espaces hétérogènes; D’un côté un espace privé ordonné et de l’autre un certain tumulte extérieur; C’est par conséquent la possibilité du « caché » dont il est question, par opposition au passage vers l’anonymat, où la surcharge de stimuli peut devenir astreignante.Le choix du format carré s’est donc imposé, telles des fenêtres, points de vues directs et frontaux vers ces espaces structurés, dernière limite d’intimité vers un environnement où l’individu peine à conserver une distance souhaitée;

TRACES

« A celui qui marche, 

 Je serai pèlerin. Je marcherai. Je marcherai sous le soleil trop lourd, sous la pluie averse et dans la tourmente. En marchant,le soleil réchauffera mon cœur de pierre, la pluie fera de mes déserts un jardin. A force d'user mes chaussures j'userai mes habitudes. Je marcherai. Et ma marche sera démarche. J'irai moins au bout de la route qu'au bout de moi-même. Je serai pélerin. Je ne partirai pas seulement en voyage, je deviendrai moi-même un voyage, un vrai pélerinage. »

 Anonyme

 Par cet aphorisme rencontré sur le tronc d'un chêne du GR46, je débute le Chemin de Saint Jacques De Compostelle. 

 7h00 ce 18 avril 2016 je vais marcher. 

 92 jours d'errance, de partage, de souffrance et de joie ; 1800 km pour transporter le randonneur en pèlerin à la rencontre de cette multitude.

 L'expérience d'une vie.